Monténégro

Monténégro

Toujours en queue de peloton

Les autorités continuent d'exercer des pressions sur la ligne éditoriale du radiodiffuseur public RTCG. En juin 2018, ils ont limogé sa directrice générale, Andrijana Kadija, et l'ont remplacée, ainsi que plusieurs dirigeants clés, par des partisans du parti au pouvoir, le DPS. Le marché fait face à de graves difficultés économiques. Les médias progouvernementaux sont eux protégés, car ils bénéficient de la publicité des institutions publiques, au contraire des médias indépendants. Comme les années précédentes, des personnalités officielles ont continué de harceler et de menacer les journalistes. En mai 2018, une journaliste d'investigation, Olivera Lakic, a été blessée par balles à la jambe devant son domicile. L’affaire n’a pas été résolue, et d’autres attaques ne sont pas instruites et restent impunies. L'autocensure demeure un sujet majeur, car bien que la diffamation soit décriminalisée depuis 2011, plusieurs journalistes et médias indépendants ont fait l’objet de poursuites judiciaires ces derniers mois. Jovo Martinovic, un journaliste d'investigation accusé de trafic de drogue, a été condamné en janvier 2019 à 18 mois de prison, suscitant l'ire de la communauté internationale. Le journaliste, récompensé par le prix Peter Mackler en septembre 2018, attend désormais la décision en appel.

104
au Classement mondial de la liberté de la presse 2019

Classement

-1

103 en 2018

Score global

+1,53

31,21 en 2018

  • 0
    journalistes tués en 2019
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2019
  • 0
    collaborateurs tués en 2019
Voir le baromètre