Kazakhstan

Kazakhstan

Solder l'héritage de la censure

Si Noursoultan Nazarbaïev a fini par abandonner la présidence en 2019 après trente ans de pouvoir, il reste « Leader de la nation » et garde la haute main sur l'avenir du pays. Ces dernières années, les incertitudes sur sa succession n'ont fait qu'accentuer la paranoïa et la volonté de contrôle du régime. Les principaux médias d’opposition nationaux ont tous été interdits en 2013, les derniers croulent sous les procédures judiciaires, et même des titres peu critiques sont désormais visés. Internet est étroitement contrôlé : coupures périodiques de l’accès aux sites d’information, aux réseaux sociaux et aux services de messagerie, surveillance généralisée, blogueurs jetés en prison, voire en asile psychiatrique... Un héritage de censure qu'il est grand temps de solder.

158
au Classement mondial de la liberté de la presse 2019

Classement

0

158 en 2018

Score global

-1,59

54,41 en 2018

Contacts

  • 0
    journalistes tués en 2019
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2019
  • 0
    collaborateurs tués en 2019
Voir le baromètre