Ethiopie

Ethiopie

Vent de liberté pour les médias

Après avoir été située pendant des années dans la dernière partie du Classement mondial de la liberté de la presse, l'Ethiopie effectue une progression spectaculaire à la faveur d'un changement de pouvoir. Depuis sa prise de fonction en avril 2018, le nouveau Premier ministre Abiy Ahmed a permis la libération de plusieurs journalistes et blogueurs. Pour la première fois depuis plus de 10 ans, aucun professionnel de l'information ne se trouvait en prison dans le pays à la fin de l'année 2018. Les nouvelles autorités ont également débloqué plus de 200 sites d'information et de blogs, bannis depuis des années, et autorisé des télévisions en exil à travailler librement dans le pays. Une commission chargée de réformer les lois répressives contre la presse, dont la loi antiterroriste de 2009, largement utilisée pour placer les journalistes en détention, a été mise sur pied. Mais la réforme de ce cadre légal très répressif tarde à se concrétiser, et des coupures internet ponctuelles sont encore régulièrement enregistrées, ce qui rend la couverture de certains événements et le contact avec les sources difficiles pour les journalistes.

110
au Classement mondial de la liberté de la presse 2019

Classement

+40

150 en 2018

Score global

-15,06

50,17 en 2018

Contacts

  • 0
    journalistes tués en 2019
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2019
  • 0
    collaborateurs tués en 2019
Voir le baromètre