Afghanistan

Afghanistan

Les journalistes, victimes de la dégradation sécuritaire

L’année 2017 a été une année particulièrement meurtrière pour les journalistes en Afghanistan. Au moins 15 journalistes et collaborateurs des médias ont été tués, notamment dans des attaques ciblées contre médias. Dans plusieurs régions, les Talibans et les membres du groupe État islamique sèment la terreur, créant de véritables « trous noirs de l’information ». En 2017, dans plusieurs provinces du pays, les Talibans ont imposé aux médias des taxes arbitraires qui s’apparent à des rançons. De leur côté, nombre de gouverneurs et de responsables locaux n’acceptent pas l’indépendance des journalistes, et les forces de sécurité sont impliquées dans plusieurs cas de violence à leur encontre. La dégradation de la situation sécuritaire dans le pays a un impact direct sur la présence des femmes journalistes dans les médias. Nombre d’entre elles ont été contraintes d’abandonner leur travail, en raison des menaces croissantes et du climat d’insécurité qui pèse sur elles. Face aux menaces, les autorités afghanes et des représentants de la presse ont lancé conjointement des comités de coordination pour la sécurité des journalistes et des médias. Une initiative intéressante et porteuse d'espoir qui pourrait être un exemple pour nombre de pays de la région.

118
au Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Classement

+2

120 en 2017

Score global

-2,18

39,46 en 2017

  • 14
    journalistes tués en 2018
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2018
  • 2
    collaborateurs tués en 2018
Voir le baromètre